Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 15:21
Après un premier semestre très chargé pour les étudiants du Master Web éditorial de Poitiers, ce petit post en forme d'hommage à leur patience et à leur enthousiasme. En effet ils ont vite découvert les joies de dreamWaver, du pHp, de flash et du HTML. Ils maitrisent déjà comme des experts et découvrent des concepts et des mots nouveaux.
Team02.jpg
Alors avec joie et entrain, après avoir planché sur les usages futurs, en rubriquant et zonant à tout va, ils sont partis en stage. Mais ce qui marquera leur premier semestre , est sans aucun doute la formalisation en 3 cercles de la typologie d'un projet numérique.
Team11.jpg
Alors courage pour ce second semestre, qui va les éblouir de mots nouveaux, de formalisations audacieuses, de planches de tendances créatives, pour qu'un jour prochain, ils soient dignes de créer des sites Web conviviaux, ludiques et interactifs, et pour faire plaisir à Anne, des sites sobres et élégants...
Repost 0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 16:34
2008PromoPoitiers01.jpg
La nouvelle promo du master 2 Web éditorial, vient de prendre possession de son nouvel espace dans ce grand paquebot de l'ancienne Fac de médecine.
2008PromoPoitiers02.jpg
Nouvelle salle de cours, nouvelle année, nouvelles marques, nouveaux camarades, nouvelles dispositions à prendre...
2008PromoPoitiers03.jpg
 
L'année sera dense et très riche, souhaitons un bonne année universitaire à nos nouvelles recrues.
Repost 0
14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 11:39
Fran--oise01-copie-1.jpg

Les cartons sont déballés, le déménagement de l’Hôtel Fumé vers l’ancienne Fac de médecine est achevé. Une salle dans laquelle nous travaillerons est plus confortablement, plus spacieuse et d’une meilleure disposition.

Fran--oise02.jpg

La rentrée dans nos nouveaux locaux est prévue début Octobre. Le Lundi 17 Septembre se réunira, à partir de 13 heures, le jury de sélection des candidats à la nouvelle promo 2008 du Master. Bâtiment B, entrée par le 36 rue du Jardin des Plantes, salle 103.

Repost 0
3 août 2007 5 03 /08 /août /2007 09:30

L'année universitaire 2006-2007 s'achève sur une impression tout à la fois positive, prometteuse et un brin nostalgique.

Une impression positive car cette sixième promotion de notre Master a manifesté, au long de cette année, de très bonnes aptitudes d'apprentissage et de professionnalisation qui se sont particulièrement révélées au cours des soutenances ! soutenances qui se sont déroulées cette année au mois de juillet et non plus en octobre, renouant avec la tradition des premières promos.

Cette année de travail fut donc des plus concentrées ; elle a exigé de tous un effort dense, que la plupart des étudiants ont pleinement, ou partiellement, réussi à suivre. Parmi les éléments qui, pour certains, ont retardé la validation finale : une naissance ! Le Master Web éditorial avait déjà vu quelques uns de ses étudiants se marier, avec les conséquences démographiques que l'on imagine, mais la naissance d'une petite Anaïs à la fin du mois de juin, en plein cursus, a été saluée comme il se devait et, à titre exceptionnel, la promotion 2007 prendra le nom de « promotion 2007 du Master Web éditorial : Anaïs ».

  

Une impression prometteuse car la transformation des anciens DESS en Master, entamée en 2004 avec la réforme LMD, parviendra à son terme à la rentrée 2008-2009. Jusqu'à présent, on s'était contenté de considérer les anciens diplômes de DESS comme des Master 2ème année « orphelins » ; on avait entériné provisoirement le fait que ces Master 2 ne possédaient pas d'enseignement de première année spécifique. A partir de septembre 2008, de nouvelles « maquettes » entreront en vigueur, qui réorganiseront totalement le contenu de ces diplômes en tant que véritable cycle de deux années de formation (M1 + M2), le tout constituant un ensemble d'à peu près 900 heures de cours.


Pour l'équipe de direction du Master Web éditorial, cette transformation a constitué d'emblée un enjeu de taille. Ce nouveau dispositif permet une toute autre ventilation des enseignements, notamment par l'acquisition, dès le M1, de contenus de cours jusque là présents en M2 et, corrélativement, par la création, en M1 comme en M2, d'enseignements nouveaux dont la nécessité se faisait sentir. Pour accomplir cet effort et rationaliser l'offre de l'Université de Poitiers, notre Master s'est associé à d'autres formations, situées, comme la nôtre, au carrefour des sciences humaines et sociales, de la communication et des technologies. Ainsi est née l'idée de créer un tronc commun à trois anciens DESS déjà existants : « Documentaire de création », « Ingénierie des médias pour l'éducation » et « Web éditorial », auxquels viendront probablement se joindre deux nouveaux diplômes consacrés aux compétences documentaires avancées et au film documentaire animalier. Pour que ce processus de rapprochement et de mise en synergie apparaisse plus clairement encore, les cinq Masters seront regroupés sous une même mention « Médias numériques » qui leur permettra de disposer de moyens importants, notamment pour la mise à disposition de ressources en ligne.

Nous finirons sur une impression nostalgique : le Master Web éditorial quittera en cette prochaine rentrée les locaux du vieil hôtel Fumé où il a été porté sur les fonts baptismaux (précisons que l'hôtel Fumé est un magnifique bâtiment d'époque pré-Renaissance, presque contemporain de la fondation de l'Université de Poitiers, l'une des plus anciennes universités européennes). Certes, nous devons accompagner le mouvement de rénovation de la faculté des Sciences humaines et Arts, qui demeurera en centre ville, mais nous avions la chance de posséder, dans les locaux historiques de l'hôtel Fumé lui-même, une salle informatique agréablement perchée et bien éclairée : un lieu un peu étroit mais sympathique et auquel tous s'étaient attachés au fil du temps, qui était devenu leur territoire.


Provisoirement, nous voici destinées à prendre, dès le mois d'octobre 2007, le chemin de l'ancienne faculté de médecine où nous serons hébergés jusqu'à temps que s'achèvent les travaux (deux à trois ans). Au retour, nous retrouverons une autre salle de travail, probablement plus spacieuse et plus moderne, mais qui n'aura peut-être pas le même cachet. C'est donc dans les anciens locaux de la faculté de médecine que se dérouleront désormais les cours des promotions 2008, 2009...


Si vous souhaitez en faire partie, prenez rapidement contact avec nous pour recevoir le formulaire d'inscription qui vous permet de participer au concours de recrutement qui se déroule à la mi-septembre. Merci à tous et à bientôt !

Guillaume Bourgeois

guillaume.bourgeois@univ-poitiers.fr


Repost 0
Published by LEGUAY - dans Actualité
commenter cet article
4 mai 2007 5 04 /05 /mai /2007 21:17


Exercice de style entre les deux tours de l’élection présidentielle, les étudiants ont commencé cette semaine de rentrée par la réalisation d’un reportage multimédia. Comme pour se sentir très vite dans le bain, l’exercice consistait à réaliser un reportage en trois jours et à le mettre en ligne ce vendredi à 16h30 impérativement. Je vous propose donc ce post qui retrace l’enjeu et la mission de cette semaine.

 

C’est Bernard Apfeldorfer de l’afp qui pour son cours sur l’écriture multimédia propose aux étudiants, comme chaque année, de se confronter à la réalité terrain du reportage et de l’écriture numérique. Le thème choisi par les étudiants fut « Les savoir-faire Poitevins ». Un reportage, dans sa dimension journalistique, est basé sur le recueil d’informations, la structuration et la hiérarchisation. Pour faciliter l’organisation de cette production, la première mission confiée aux étudiants fut de se répartir les rôles.

 

Cette répartition fut aisée car elle se basa tout naturellement sur les talents de chacun, talent d’organisateur pour Yvan qui fut légitimement retenu comme « rédac chef », talent de graphiste pour Aurélien qui avait déjà montré ses capacités pour le site des Musées de Cognac, talent d’intégrateur pour François et enfin talents de rédacteurs et de reporters pour les autres participants.

 

J’utilise souvent la métaphore théâtrale pour illustrer mon cours sur la gestion de projet et je dois avouer qu’ici, la pièce jouée devant nous fut en alexandrins, digne d’Edmond Rostand tant l’harmonie et la cohésion fut bonne. Premier objectif, déterminer les thèmes, le positionnement, la ligne éditoriale et la cible de ce mini site reportage.

 

Pour parler des savoir-faire poitevins, le point de départ fut Notre Dame la grande, figure emblématique de la cité. C’est aussi un point de ralliement très visible et son parvis ne désemplit pas. De ce parvis il est facile de rayonner vers l’université, la fabrique de macarons, et un ensemble d’artisans locaux. C’est donc Notre Dame qui fut le point de départ et l’emblème de ce site.

 

Partir en reportage, c’est micros et caméras sous le bras, partir à la rencontre des gens, les interroger, les filmer et surtout les faire parler. Partir en reportage, c’est aussi recueillir une ambiance, un esprit, le « mood » d’un endroit. Au-delà de la dimension journalistique, l’exercice impose d’y adjoindre une dimension multimédia. Un reportage ne doit donc pas être une juxtaposition de textes et d’images mais l’illustration d’un thème appuyé par des médias, un scénario, une interactivité.

 

Le piège de l’exercice est de surestimer l’ampleur du reportage au regard du temps imparti. Trop de contenus peu enrichis dans un site trop petit et c’est l’embouteillage. En revanche un site bien détaillé mais au contenu pauvre ou peu exploité et c’est la frustration. Le projet doit donc être en permanence équilibré entre un contenu explicite et une navigation harmonieuse qui couvre l’ensemble de la thématique.

 

Voici donc le résultat « just in time ».

 

http://admin16.free.fr/sf_poitevins/index.html

(Attention lien temporaire)


A vous d’apprécier, l’élégance de l’interface, la variété du contenu et la pertinence multimédia. En revanche le temps serré n’a pas permis d’enrichir un peu plus le contenu et d’implémenter des fonctionnalités évoluées. Bravo pour l’état d’esprit du groupe, c’est un bon entraînement pour la webnight.

 

 

Repost 0
Published by Eric Leguay - dans Actualité
commenter cet article
28 avril 2007 6 28 /04 /avril /2007 18:03


Petite escapade en Charente, à la rencontre d'Aurélien, qui a réalisé son stage, au Musée d'art et d'Histoire de Cognac. Ce musée est un ancien chai, à l'architecture classique, niché dans un environnement de verdure, très agréable.

 

Aurélien fut en charge de la nouvelle version du site des Musées de Cognac qui intégre le Musée d'Art et d'Histoire. Sa mission première fut de réaliser le cahier des charges et de proposer plusieurs interfaces graphiques de mises en avant des collections et d'informations des visiteurs.

 

Ce fut l'occasion pour moi, en compagnie de la conservatrice, Laurence Chesneau-Dupin, et de Stanislas Gautier, le responsable informatique, de faire un point de production sur le réalisé ainsi que l'estimation des améliorations  possibles.

 

Concevoir un site pour un Musée doit intégrer des contraintes particulières, liées à la gestion de contenus artistiques expertisés. En premier lieu, même si l'accueil graphique doit donner envie au public de s'intéresser et de découvrir le musée, il ne peut y avoir d'images gratuites mais une ambiance, source de connaissances.

 

La navigation thématique doit être simple et complète pour faire face à la diversité des publics visés. La vie du Musée et sa modernité doivent également être perçus par des mises à jour et une gestion opportune des évènements.

 

Le graphisme retenu, tient compte de ces spécificités. Aurélien a proposé un graphisme dynamique et chaleureux, sachant mettre en avant les collections. Voici donc en avant première, l'écran d'accueil du Musée d'Art et d'Histoire.

 

La ville de Cognac est une ville, au passé riche et à l'architecture remarquable, alors je vous invite à déambuler dans ses ruelles typiques et flâner à la découverte des façades et portes monumentales.

 

Cette eau de vie qui porte le nom de la ville a fait la renommée et la richesse de la région. C'est le paradis du touriste Britannique qui enchaîne les dégustations gratuites et le bonheur des Asiatiques dont ce breuvage est devenu une institution.

 

Les chais sont de superbes hôtels particuliers et les ruelles de la cité sont un chapelet de façades sculptées. Depuis quelques années le Cognac a quitté son image poussiéreuse pour devenir aux États-Unis, un symbole de la culture hip hop?


 

 

 

 

Repost 0
Published by Eric Leguay - dans Actualité
commenter cet article
7 avril 2007 6 07 /04 /avril /2007 18:05


Nous voici plongés, au coeur de la gamer assembly 2K7 comme disent les "gamers".

http://www.gamers-assembly.net


Pour ceux qui n'étaient pas, ce matin, à l'inauguration par Désiré Koussawo de cette nouvelle édition, voici quelques images prisent sur le vif.


Une vue de la salle où se concentrent 1 000 joueurs, passionnés, enfiévrés, concentrés, soudés. Ils sont prêts à en découdre virtuellement sur Counter-Strike ( 1.6 et Source), Quake 4, Warcraft 3 ou World of Warcraft.


C'est un peu une Webnight géante et je rêve déjà à la future organisation en 2K22 d'une Webnight internationale. Eric tu t'égares ?


La veille déjà, lors du colloque organisé à l'Espace Mendès France, nous avions réfléchi aux addictions provoquées par les jeux vidéo.


Sous l'oeil interrogatif d'Emmanuel Forsans qui fut notre modérateur candide, nous pouvions dès aujourd'hui expérimenter et valider grandeur nature le fruit de notre réflexion.


Deux salles géantes sont envahies de câbles, de joueurs, d'écrans, d'ordinateurs futuristes, rafraîchis à l'air, à l'eau ou à l'azote liquide sans parler de processeur « overclockable ».


Si ces joueurs ne sont pas « addicted », en revanche ils sont passionnés, plein d'humour et de dérision. J'aurai l'occasion la semaine prochaine de faire un bilan de ces trois jours.

Jouez maintenant...

Repost 0
Published by LEGUAY - dans Actualité
commenter cet article
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 16:59

Désormais retrouvez cet article

sur mon blog personnel

http://ericleguay.over-blog.fr/

Bonne lecture

merci de votre fidélité

Repost 0
Published by LEGUAY - dans Actualité
commenter cet article
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 16:04


Se tenait, ces derniers jours à Paris, Porte de Versailles, l’édition 2007 du Salon du livre. L’occasion pour moi de rendre visite à Ramon qui y effectua son stage comme animateur du site web.

http://www.salondulivreparis.com/


Que trouve-t-on dans un salon du livre ? Tout d’abord les grandes maisons d’édition française, la presse, des éditeurs francophones et plus généralement tous les amoureux du livre.

 

Cette année, l’Inde était l’invitée d’honneur du salon. L’Inde compte en effet une population francophone dynamique mais aussi une histoire littéraire et poétique très riche. Ce fut un dépaysement coloré que de croiser dans les allées des visiteurs en saris.

 

Pour ma part, j’ai choisi d’avoir un œil amusé en arpentant le salon. Amusé tout d’abord par ce grand marché, ces auteurs, ces stands et le public mais amusé également de savoir quelle place était faite à l’édition numérique dans l’édition 2007.

 

Commençons donc par le petit bout de la lorgnette et les instants pris sur le vif. L’Inde étant à l’honneur, le salon VIP pris le qualificatif de « sérail » manière élégante et illustrative de désigner le 6ième arrondissement. Le monde de l’édition semble encore une caste parfois inaccessible.

 

La place de plus en plus importante de la bande dessinée sur les stands du salon. C’était presque un Festival d’Angoulême bis avec une très forte présence d’éditeurs de Manga. A ce sujet, notons l’apparition des Mangas chinoises au graphisme superbe mais aux sujets plus lisses.

 

Ce salon ressemble de plus en plus au salon de l’Auto, avec ses grands groupes qui concentrent entre leurs mains de nombreux éditeurs. Flammarion n’est plus un éditeur mais un groupe, qui détient des groupes lui même appartenant au groupe d'édition italien RCS (Rizzoli). Ainsi, dans cette cathédrale consumériste s’affrontent les géants Rizzoli contre Lagardère, sous l’œil amusé des éditions de La Martinière.

Il y a encore quelques années, la FNAC, grand distributeur de biens culturels, était banni du salon. De très nombreuses voix s’élevaient contre le « flingueur » des petits libraires, le « fossoyeur » des éditeurs français. Alors pourquoi cette chasse aux sorcières n’affecte-t-elle pas Virgin ? Pourtant, le fondateur de la marque, sir Richard Charles Branson, n’est pas un célèbre écrivain. Ne cherchez pas ! Virgin appartient au groupe Lagardère qui est aussi propriétaire du groupe Hachette qui détient Calmann-Lévy, les Éditions du Chêne, les Éditions Stock, Fayard, Grasset, Harlequin, Hatier, J-C Lattès, Larousse, Le Livre de Poche, Marabout... Vous suivez toujours ? Et même Pika éditions, le petit éditeur de mangas japonaises à l’hôtesse si sympathique.

 

Nous sommes donc très loin de la littérature. Face à cette inexorable concentration et à cette déferlante capitaliste subsiste toujours un village d’irréductibles Gaulois.


En pleine campagne électorale, chaque éditeur est fier de montrer son candidat ou sa candidate. Je vous laisse deviner qui est le poulain du groupe Lagardère.

 

Continuons notre visite par la rencontre avec les auteurs. Je n’ai pas choisi d’approcher de vrais écrivains mais ceux qui attirent le plus les photographes. C’est un jeu amusant car le photographe attire la foule, qui attire le badaud. Au final, le personnage le plus photographié n’est jamais le plus talentueux, simplement le plus médiatique. Dans cette galerie « people », admirons Jean Dujardin qui dédicace un livre sur L’abbé Pierre, ça casse !!!

 

Ou bien encore, j’ai pu frôler du regard deux êtres revenus du futur antérieur, les frères Bogdanoff, Igor et Grichka, auteur d’une thèse : Fluctuations quantiques de la signature de la métrique à l'échelle de Planck 1999.


J’ai préféré le toujours pétillant astrophysicien Hubert Reeves à peine plus vieux que les frères Bogdanoff. Il présentait avec malice la réédition de son livre : Soleil. Malgré une facétieuse démonstration, je n’ai rien compris.

 

Mon second intérêt en visitant ce salon fut de repérer la place du numérique, passées les frayeurs et les enthousiasmes des années 2000. Alors qu’en 1998, un quart du salon était consacré à l’édition électronique et que chaque éditeur présentait sa production de Cd-rom, d’encyclopédies numériques ou de livres électroniques, en 2007 tout ce futur a disparu.


A croire que tout cela n’avait jamais existé, il m’a fallu toucher un écran plasma pour ne pas rêver et m’assurer d’être en 2007. J’ai fouillé les allées à la recherche d’une borne interactive, conviviale et ludique. J’ai questionné les hôtesses pour trouver un accès à internet. Rien…


Ce n’est pas le minuscule stand GOOGLE, deserté, qui m’a conforté. Non plus que l’antédiluvien système de numérisation de livres qui m’a fait entrevoir le futur. La révolution est ailleurs... mais plus dans ce salon. Alors, avec une pointe de nostalgie, j’ai photographié comme des baleines échouées, ces bornes grises, vestiges d’un futur révolu.


Repost 0
Published by LEGUAY - dans Actualité
commenter cet article
23 mars 2007 5 23 /03 /mars /2007 18:19

Désormais retrouvez cet article

sur mon blog personnel

http://ericleguay.over-blog.fr/

Bonne lecture

merci de votre fidélité

Repost 0
Published by LEGUAY - dans Actualité
commenter cet article

Articles Récents

Catégories